LUNETTES DE SOLEIL : Un choix fondamental . La protection des yeux est obligatoire chez les enfants. Dr Hervé VAN LANDUYT Asfoder 2011

LA PROTECTION DES YEUX EST FONDAMENTALE chez les enfants
EN PLUS DU CHAPEAU OU BOB à Bord large, il faut choisir des lunettes de bonne qualité, bien couvrante


ATTENTION : Fausse croyance : un verre teinté ne protège pas des UV !

Il existe encore une confusion entre la protection contre l’éblouissement que procurent des verres teintés et la filtration des rayons UV. Attention ! Contrairement à une idée reçue, la teinte d’un verre n’a rien à voir avec sa capacité à filtrer les UV, donc à nous en protéger. Des verres simplement teintés provoqueront même l’effet inverse : ils favoriseront la dilatation de la pupille et laisseront pénétrer largement les UV dans l’œil. La capacité protectrice d’un verre se mesure à son pouvoir filtrant qui laisse passer les rayons nécessaires à la vision mais bloque tous les autres rayonnements et en particulier les UV. Ce pouvoir filtrant dépend de la matière du verre et des éventuels traitements rajoutés ultérieurement à sa fabrication. Une paire de lunettes aux verres très teintés ne protégera pas forcément des rayons UV tandis que des lunettes aux verres correcteurs transparents pourront assurer une protection totale.

Pour en savoir plus :

Les UV, en opacifiant le cristallin, provoquent des cataractes. La cataracte, opacification du cristallin donc, la lentille qui permet la formation de l’image sur la rétine. C’est la première cause de cécité dans le monde, car pour y remédier il faut recourir à une intervention chirurgicale coûteuse, hors de portée des habitants des pays pauvres. Le cristallin, cette lentille biologique « à focale variable », possède une structure en pelure d’oignon, dont chaque feuillet est constitué d’un réseau de protéines dites « cristallines » qui, glissant les unes sur les autres, permettent l’accommodation, c’est à dire le réglage de notre vue en fonction de la distance de l’objet regardé. Une irradiation UV solaire trop importante, en solidifiant les ponts chimiques entre ces protéines, empêche l’accommodation et cause des presbyties de plus en plus nombreuses…

Les UVB endommagent donc les cellules de la cornée de l’oeil et du cristallin.

Les UV représentent un danger de tous les jours, qui augmente dans certaines conditions. Les risques existent dès le lever du soleil, et d’autant plus que le ciel est dégagé. Une simple promenade dans les rues, en plein midi, expose les yeux aux rayons UV. Il faut se méfier entre autres des réflexions sur les façades blanches, sur les immeubles en verre miroir. Les ouvriers du bâtiment, les agriculteurs, et de façon générale toutes les personnes travaillant en extérieur, en ville ou à la campagne, sont exposés au rayonnement et doivent porter des protections le plus souvent possible. De même doivent absolument se protéger les personnes exerçant des professions soumises à de fortes quantités de lumière solaire associées à la réflexion lumineuse, maître-nageur, marin, skieur…), ou à des lumières artificielles chargées en UV, photographes, personnes travaillant en laboratoire. Un risque existe également, non seulement pour la peau mais aussi pour les yeux, dans les cabines de bronzage artificiel.

Les vacances scolaires sont de loin les périodes les plus risquées pour les yeux. En fait tout dépend du lieu, de la saison, du climat. Si à la campagne en site ombragé et frais, on expose peu ses yeux, il n’en est pas de même à la montagne l’hiver et à la mer l’été. Ainsi l’herbe permet la réflexion de 1 % des UV, le sable 10 % et la mer 20 %.

En montagne, il faut être encore plus vigilant car à chaque fois que l’on grimpe d’un palier de 1000 mètres en altitude, la proportion des UV ambiants augmente de 10 %. De plus, le rayonnement solaire y est extrêmement important en hiver, puisque la neige réfléchit 80 % des UV. Les altérations ophtalmologiques liées particulièrement aux séjours en montagne sont le plus souvent « l’ophtalmie des neiges », une sorte de gros coup de soleil qui atteint la cornée. Elle se manifeste par des larmes, des douleurs, des rougeurs, une sensation pénible de « sable dans l’oeil », une crainte de la lumière. Elle peut se guérir sous traitement, mais si elle se répète lors de séjours ultérieurs, elle peut aussi devenir chronique.

Les rayonnements solaires ne sont pas les seuls responsables de ces dangers. En effet, les cabines de bronzage, même si elles ne doivent utiliser que des UVA, présente des risques pour la peau et pour les yeux. D’ailleurs depuis 1997, une loi interdit de parler de bénéfice pour la santé. Nous recevons de toute façon suffisamment d’ultraviolets à longueur de journée pour ne pas en ajouter. En moyenne, nous recevons 100 doses érythémales, c’est à dire doses de « coup de soleil », par an, tandis qu’une exposition à un banc solaire équivaut à une dose érythémale en quelques minutes seulement!

Documents extraits du net :
LUNETTES de SOLEIL
Lunettes de soleil au top


Laisser un commentaire